Construction d'une maison passive RT2020

La maison passive est la référence en consommation d’énergie du logement. Vis-à-vis des énergies produites par les industries spécialisées, elle est quasiment indépendante puisqu’elle produit la plupart de ses besoins. Il y a tout de même quelques soucis soulevés lorsqu’on l’utilise.

Qu’est-ce que la maison passive ?

• Définition

En terme de consommation, c’est la maison qui dépend le moins d’énergies produites par les centres à base de sources fossiles. Les besoins sont couverts par les sources d’énergies renouvelables, le soleil pour le chauffage, ainsi que l’optimisation des techniques utilisées pour diminuer les besoins. De plus, l’isolation est poussée pour toujours vouloir un système de chauffage. Si le coût de la construction est encore élevé, la diminution des dépenses en énergie amortit cet investissement.

Trois points sont mis en avant pour la maison passive :

- Un besoin en chauffage de moins de 15kWh/m2/an

- Une étanchéité de n50 inférieur à 0,6/h

- Un besoin total de moins de 120kWh/m2/an avec un apport en énergie primaire de moins de 50kWh/m2/an

Maison passive : Ses principes et avantages

• Les principes

Le chauffage est une grosse dépense puisque lorsqu’il fait froid dans la maison, il faut utiliser ce système pour amener un peu de confort et de chaleur. La solution est donc de faire en sorte que le froid ne pénètre pas dans la maison. C’est pourquoi l’isolation thermique est nécessaire. Ainsi, les portes et fenêtres sont à choisir avec soin. Les ponts thermiques possibles seront supprimés. Ils seront contrés par une étanchéité à l’air de meilleure qualité et une bonne ventilation.

De plus, le soleil, l’orientation de la maison, l’utilisation de cellules photovoltaïques, etc., sont autant de solutions. Sans oublier que les appareils ménagers peuvent aussi être améliorés pour que la consommation baisse.

• Avantages

L’isolation et la ventilation permettent une diminution de la déperdition de chaleur, à condition de faire des entretiens réguliers. Il en sera de même pour la qualité de l’air du logis et de l’équilibre entre le taux d’humidité par rapport à la chaleur ambiante. Pour ceux qui sont plus pragmatiques, l’économie financière n’est pas à négliger puisqu’il y a moins d’apports de l’extérieur. Côté écologie, la faiblesse du besoin conduit à moins de rejet de gaz polluants, de type CO2 dans l’atmosphère.

Les enjeux et la problématique d’une maison passive

• Enjeux

La comparaison des besoins de chaque secteur de l’économie montre que c’est le bâtiment qui consomme le plus d’énergie. Les ménages sont à 40% si le transport et l’industrie sont à 30% chacun ce qui conduit à 20% de rejet en CO2. Cependant, des maisons passives en Suisse et en Allemagne sont parvenues à diminuer leur consommation. La vulgarisation de cette technique devrait donc être une priorité. De plus, la diminution des réserves pétrolières fera grimper les prix de l’électricité. Suivre les directives de l’Europe sur la performance énergétique est donc un impératif pour éviter cette dépendance et pour atteindre une baisse de 22% d’ici 2010.

• Problématique

Le manque de main-d'œuvre qualifiée pour appliquer les nouvelles techniques est un des blocages. De plus, le coût augmente puisque la demande dépasse l’offre. L’application de la loi française sur la règlementation thermique et les directives européennes sur la question est pourtant autant d’encouragement pour atteindre les objectifs.